Le musée sera fermé le 24, 25, 31 décembre et le 1er janvier.

 

Horaires d’ouverture 

  • Visites en individuel : tous les jours de 14h à 18h, dès 4 ans. 
  • Visites de groupes : tous les jours et à toute heure, sur réservation. 

UNE COLLECTION VODOU UNIQUE AU MONDE,

 UN MUSÉE INSOLITE

Le Château Vodou est un musée privé atypique : il présente la plus grande collection d’objets vodou ouest-africains au monde.

Implanté dans un écrin exceptionnel, un château d’eau de 1878, il est géré par une association.

Le Vodou est une religion qui englobe un vaste champ de pratiques, de rituels et de croyances. Il est originaire d’Afrique de l’Ouest et il puise plus précisément ses racines dans l’ancien royaume du Dahomey. Il s’est fixé dans la forme que nous lui connaissons aujourd’hui aux alentours du XVIIème siècle.

Il encadre les moments clefs de la vie (naissances, unions, morts) mais vise aussi à guérir les maladies. Elle vise à maintenir une harmonie entre le monde visible, terrestre, de la nature, et le monde invisible des divinités et des ancêtres via la divination du Fa, des cérémonies, mais aussi des objets de culte.

Tous les objets présentés ont été utilisés dans des pratiques religieuses. La collection de plus de 1200 objets appartient aux fondateurs du musée : Marc et Marie Luce Arbogast.

Venez à Strasbourg, à la rencontre d’Hébiéso (divinité de la foudre), de Mami Wata (déesse de l’océan), d’Aguin (génie de la brousse) et de toutes les autres figures du panthéon vodou.

* Accessible aux enfants. 

EXPOSITION TEMPORAIRE :

MASQUES GÈLÈDÈ

Le pouvoir des mères 

16 novembre 2022 – 8 octobre 2023

Le Château vodou vous convie dans une exposition colorée et animée autour de plus de 50 masques de la collection Arbogast.  

 

N’oubliez pas de toucher la terre du bout des doigts si vous entendez parler des Iyami osoronga.

Celles qui sont ainsi appelées « nos Mères » en Yoruba.

Celles qui sont célébrées par la tradition des Gèlèdè.

Celles qui sont craintes et respectées car elles possèdent un pouvoir sacré, le pouvoir de “l’ashè”*.

Elles ont la réputation de se transformer en oiseaux et de se réunir la nuit.

Ce sont des femmes âgées ou mères qui ne peuvent plus concevoir et qui détiennent le secret de la vie

Les cérémonies de masques Gèlèdè prennent racine à Kétou, au Bénin. Elles sont organisées sur la place publique dans le but de se protéger du courroux des « Mères » et de s’attirer leurs faveurs. Elles visent à réguler la vie de la société, transmettre des messages et résoudre les problèmes : épidémies, sécheresses, famines…

Elles sont garantes des mœurs et des traditions en envoyant des messages aux orishas* ou aux ancêtres. Le culte se répartit entre les festivités de nuit et les cérémonies de jour : satiriques pour certaines, plus solennelles ou émouvantes pour d’autres.

Ces imposants masques, portés par d’excellents danseurs, se composent de tenues en tissus et de couvre-chefs sculptés en bois. Accompagnés par des musiciens et chanteurs, ils sont devenus des acteurs importants de la cohésion dans les communautés pratiquant le vodoun. La pièce en bois portée sur la tête donne à voir des scènes narratives colorées, parfois articulées avec des animaux ou des humains. Si les hommes revêtent et donnent vie aux costumes, ce sont les femmes qui tirent les ficelles des cérémonies.

Un proverbe yoruba raconte que “Les yeux qui ont vu le gèlèdè ont vu le spectacle ultime”. Depuis 2008 il est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

Nos partenaires tout au long de l'année

Retour haut de page