Pipeline, par Elena Perlino

Alors qu’en France le débat concernant l’abolition de la prostitution est relancé, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) a classé le Nigeria dans la liste des huit pays ayant le taux le plus élevé de traite des êtres humains. Depuis de nombreuses années, la photographe Elena Perlino travaille sur ce sujet, se concentrant principalement sur ses connexions avec l’Italie, pays où se développe une vaste industrie du sexe, basée sur la traite de femmes africaines. Elle tente de montrer la complexité et les contradictions de l’expérience de ces femmes, documentant leur vie quotidienne à Turin, à Gênes, à Rome, à Naples et à Palerme.

En collectant les histoires des prostituées de Benin City (dans l’État d’Edo, au Nigeria), ville natale de près de 80 % des femmes victimes de la traite, ce reportage témoigne des multiples raisons de leur migration – qu’elle soit forcée ou volontaire. Elena Perlino nous livre un compte rendu brutal et touchant de la vie que mènent ces femmes. Ce travail photographique est accompagné d’un texte d’Isoke Rose Aikpitanyi qui raconte la descente aux enfers de ces toute jeunes femmes qui arrivent en Europe, persuadées d’y trouver des conditions de vie meilleures que celles de leur pays d’origine.

Un lien tenu lie ses femmes aux rites vodous….

 

L’exposition a déjà été présentée aux Promenades Photographiques de Vendôme, au Festival Visa pour l’Image à Perpignan, à Paris Photo et le sera également aux Rencontres Internationales de la photographie en Gaspesie (Canada).

Retour haut de page